Présentation Yamaha Europe du Montage à Berlin et Superbooth : - Moessieurs

Aller au contenu

Présentation Yamaha Europe du Montage à Berlin et Superbooth :

MONTAGE > Présentations > Articles
Moessieurs et Sun Music ont été invités avec plusieurs revendeurs Français pour un Meeting Yamaha Europe dédié au Synthétiseur Montage avec une visite du Superbooth de Berlin, un salon dédié aux synthétiseurs en tout genres.
 
Vous trouverez sur cette page les informations que nous avons pu recevoir lors de ce meeting et nos premières impressions après avoir essayé le Montage.
Mise en bouche :
Le jeudi 31 dans la matinée, nous étions tous conviés pour découvrir le Montage au Nhow Hotel de Berlin pour une présentation exclusive.
Pour rappel, le Montage est un synthétiseur et non une workstation, il est accès pour le jeu sur scène mais pas que puisque la connectivité audio/midi est assurée vers un ordinateur.
 
Après une introduction par le Responsable Yamaha Europe puis l'organisateur du Meeting, c'est Dom Sigalas qui entre en scène pour une démo du Montage.


La conception :
Ensuite un des concepteurs Japonais vient nous expliquer certaines étapes du projet Montage.


 
Le montage est basé sur le contrôle, les changements apporté au son de manière rythmique et sur le plan multidimensionnel sont la partie Motion.
- Le Super Knob assure le "macro control".
- Le Motion Seq lui gère la synchronisation du tempo avec les motion sequences.
- L'envelope follower assure la conversion des données audio en tant que données de contrôle.
 
La priorité a également été mise sur le fait d'avoir plus de paramètres assignables versus les six de la série Motif afin de tirer partie de toutes les interactions possibles via le Motion Control.
 


L'accent est mis également sur la communication avec le musicien, cela peut sembler gadget mais par exemple les changements de couleurs et de clignotement du Super Knob communiquent l'état de sa position et de comment il contrôle.
Sur scène dans un éclairage réduit, c'est un bon point de repère pour savoir où on en est dans sa position et dans ce qu'il contrôle.
La disposition des boutons et contrôles comme les scènes sur la partie gauche et pas au centre sous l'écran pour faciliter les changements.
 
Le choix d'ajouter la FM-X est arrivé dès le début du projet car il est évident qu'elle tire pleinement avantage du Motion Control.
Entrons plus dans le détail avec Hans-Peter Henkel :
C'est au tour de Hans-Peter Henkel de nous présenter les divers élements du Motion control, le super knob, les motions seq, les deux moteurs sonores, l'envelope follower, via une part interne, le SSS, les live sets, l'auto beat folower, l'usb midi/audio, le pure analog output...



Egalement expliqué, le bénéfice à tout intégrer dans le mode unique performance, les singles et multi part performances, les effets, l'interface du Montage.

Cette interface a été très bien pensée afin de faciliter l'édition via l'écran tactile, par exemple la fonction category search, les performances dont le nom est de couleur bleu sont les multipart performance, les vertes les singles part performance, là aussi cela n'a l'air de rien, mais en un clin d'œil on sait à quoi on a à faire.

  • On peut bien évidement ajouter à une performance single part, une performance multipart en une seule action.
Rajouter des parts, faire un split, est extrêmement simple à partir directement de l'écran "home" d'une performance.
Par exemple avec Emanuel Angeli lors du SuperBooth, nous somme parti de la performance CFX, nous avons via la fonction category search ajouté une basse, une batterie, fait les splits, les arpèges sont directement importés avec chaque son (plus besoin de cocher la case "param with voice" comme sur le Motif XF) très rapidement alors que c'était la première fois que nous posions les mains dessus.
Intuitif et facile d'accès pour les fonctions de base.

  • Assigner une performance à un live set est d'une simplicité évidente, il suffit d'appuyer sur Shift et Live Set et la performance est directement assignée au premier slot de libre en Live set après avoir appuyé sur le pavé vide qui clignote.
 
  • Un double clic sur une donnée numérique ouvre directement le pavé numérique pour taper directement la valeur souhaité au lieu de balayer avec la molette dial.

  • Assigner une scène est également très simple, il suffit de cliquer sur shift puis sur le bouton de scène souhaité pour par exemple créer des scènes avec des changements de volumes, des mutes .....
 
Tout ceci peut sembler bien simple mais c'est tout le travail d'intégration et d'interaction qui facilite les manipulations et rend le montage simple d'accès et ce ne sont là que quelques exemples.

Ensuite,  nous avons les explications sur le contenu des performances, des library ....
 
  • L'espace user qui est l'espace de travail permet d'avoir entre autre 640 performances, 256 user arpeggios et 8 x256 live set, sans faire appel aux emplacements Library car vous pouvez avoir aussi 8 espaces live set de 256 emplacements en mémoire pour les rappeler en espace user.
Chaque library contient :
- 256 Live set (et npas 8x 256 Live set comme dans l'espace user).
- 640 performances.
- 256 user arpeggios.
Les performances qui sont en library ne peuvent pas être éditées en library mais bien évidement, vous pouvez "importer" une performance library en espace user, l'éditer et la sauver en espace user.

  • Motion control.
 
La partie contrôleurs sera elle un peu plus ardue à prendre en main si on veut entrer dans l'édition poussée, non pas que l'interface n'est pas simple, mais parce qu'elle est à plusieurs niveaux.
En fait si j'ai bien compris, on assigne pas directement des contrôleurs au super knob en indiquant une destination et un depth, le super knob agit comme un macro control des 8 boutons rotatifs assignables par performance soit un niveau "common performance".
 
Ces 8 assignables commandent les autres contrôleurs qui eut sont reliés aux destinations et il y a deux niveaux :
- les contrôleurs assignés à chaque part.
- les contrôleurs assignés aux element/key/opérateur d'une part.

Ceci reste a affiner pour ma part, Hans-Peter fera son possible dès qu'il sera plus disponible pour m'aider à expliquer les routages.

J'ai pris quelques photos de l'écran pour vous montrer les possibilités de destinations possibles pour un contrôleur, ces photos n'incluent pas les destinations possibles pour le contrôle des effets d'insertions qui sont également disponibles, premier exemple pour une part AWM2 (niveau common) :
 

 
Destinations possible pour un contrôleur pour un element d'une part AWM2 (niveau element) :
 


Destinations possible pour un contrôleur pour une part FM-X (niveau common) :


 
Destinations possible pour un contrôleur pour un operateur FM-X (niveau operator) :



  • Le keyboard control est devenu bien plus clair pour moi après avoir essayé le Montage, il n'y a pas de limite à 8 part par performances.
Les parts qui ont le keyboard control sont en quelques sorte liées, par exemple si trois part 1/2/3 sont sous keyboard control, que vous appuyez sur les boutons physiques à droite du clavier, part 1, 2 ou 3 , vous entendrez toujours ces trois parts jouer ensemble en layer et ou split.
Si vous assigner une part 4 à la performance mais sans activer le keyboard control, cette part jouera seule sans les trois autres lorsque vous appuyez sur 4 et ainsi de suite jusqu'a 16.

  • Pour ceux qui craignent que le Montage n'ai pas la patate, chaque sortie audio peut être ajustée de -6 à +12 dB, y compris les sorties USB.
 

FM-X Power :
Peter Krischker, sound designer pour Yamaha depuis 25 ans et producteur des banques sons Easy Sounds vient nous expliquer la FM-X.


 
Il commence avec une présentation audio ou la majorité des parts de six performances utilisent la FM-X et le SSS (changement de performance sans coupure de son), les changements de performances ne s'entendent pas et tout s'enchaine à merveille avec de superbes évolutions assurées par le Motion Control.

  • Le panneau de control du Montage permet également de sélectionner les opérateurs lors de l'édition, de les muter afin de travailler certains opérateurs de façon spécifiques avec les contrôleurs de la partie gauche et tout ceci peut également se faire à l'écran si vous préférez travailler ainsi.
 
  • Nous en avons appris un peu plus également sur les "spectrals", les formes d'ondes disponibles pour chaque opérateur :
- Sine qui est la forme d'onde classique qu'on trouve dans le DX7.
 
Viennent ensuite les six formes d'ondes supplémentaires dont le DX7 ne disposait pas.
- All1 et All2 qui se rapprochent des formes saw en dent de scie.
- Odd1 et odd2 qui se rapprochent des square waves (formes d'ondes carrés)
- Res1 et Res2 sont des formes d'ondes résonantes.

Chaque spectral 1 est plus "creux" en terme d'harmoniques que la 2 si je peux m'exprimer ainsi.
Le paramètre skirt permet de travailler pour chaque opérateur également la largeur ou l'espacement des harmoniques.
Ces paramètres combinés sont proches du feedback level par opérateur qu'on trouve sur le Reface DX mais de façon plus sélective et plus fine que ce qu'on a sur le reface.
A noter qu'un paramètre Spectral resonance s'ajoute pour les formes Res1/2 permettant de jouer à partir de la vélocité sur le clavier avec la résonance.
Avec 8 opérateurs et 88 algorithmes, ce sont des paramètres d'édition très puissants qui assurent une grande diversité de sons sur chaque opérateur.
 
 
  • Ensuite Peter nous explique comment avoir un réglage pseudo stéréo sur la FM-X en combinant 2 parts identiques et en les pannant droite/gauche, jusque là c'est évidement vous allez me dire, mais en utilisant des variations différentes de Motion sequence pour chaque part on arrive à des sons très intéressants pour des sons synthés complexes mais cela peut par exemple s'appliquer aussi aux electric piano.
 
  • Pour finir Peter nous fait une démos d'une "FM-X complex Performance" qui se nomme Dance Pro qui comporte 5 part FM-X et deux part AWM2 (drum & pad), tout le travail multidimensionnel se fait en jeu direct à partir des formes spectrales, du skirt, de la resonance spectrale, du LFO, des fréquences, des effets, associé au super knob, et toutes les variations sont liées aux contrôleurs en temps réel sur les part FM-X.
 
Là je peux vous dire qu'on a pris une très grosse claque, les variations sont impressionnantes, variées, fluides et c'est tout le potentiel du Montage qui s'exprime au travers de cette performance.
Vous n'arriverez jamais à reproduire la même chose avec un Motif XF associé à un DX7 par exemple, c'est là qu'on voit toutes les interactions possibles en direct via tous les éléments du Motion control.

Le montage porte bien son nom, ce sont tous les elements qui le composent qui une fois combinés, lui donne un potentiel incroyable.
Martin Harris, une démo du tonnere et des explications sur les samples :
Vient ensuite la présentation de Martin Harris, et là que dire, qu'elle démo, deuxième claque, ça sonne du tonnerre.
J'espère que Yamaha fera une vidéo studio de cette démo et la mettra en ligne.



Martin nous a expliqué tout au long de sa présentation les nouvelles formes d'ondes du Montage, le CFX une fois samplé pesait 300 Go, il a été compressé à 1.3 Go sur le Montage ce qui en fait le plus gros son de piano jamais mis dans un clavier électronique Yamaha à ce jour, 14 secondes sans bouclage pour chaque sample.

Ne pensez pas que les Rhodes et Wurly n'ont eux que les bruits mécaniques de samplés et ajoutés, c'est l'ensemble des sons qui ont été resamplés et retravaillés, certe ça reste dans le grain de ce que Yamaha propose, mais avec de nouveaux samples et d'autres encore comme la Telecaster, les percussions Brésiliennes et Turques par exemple, Celtic Pipe et bien d'autres, on a par exemple aussi des Falls sur les sax et si je me souviens bien des shake, plus d'articulations disponibles.
Cubase pour la partie Home Studio, enregistrement audio/midi :
Vient ensuite un intervenant Steinberg qui nous explique la connexion entre le Montage et Cubase AI midi et audio, pas de nouveauté dans ce domaine, c'est bien intégré, il faut bien évidement avoir le Montage allumé avant de lancer cubase afin que l'interface midi/audio soit reconnue, comment travailler la latence sur un gros projet, utiliser la fonction Direct Monitor, comment Cubase reconnait les ports multiples usb du Montage en sélectionnant plusieurs pistes  en même temps et en mettant le premier port sur la première piste, cela assigne les bon ports aux pistes suivantes et il a confirmé l'enregistrement midi+audio sous cubasis avec un ipad.

Prévisionnel OS, applications et banques sons :
Pour finir, un dernier intervenant Yamaha Europe nous a expliqué ce qui est prévu pour les données additionnelles et OS du Montage.

Une première information, l'OS actuel sur lequel le Montage est présenté au Superbooth ou au Music Messe est stable.

Pour le reste des informations, voici ce qui est prévu au niveau du calendrier.
Je relate ici ce que Yamaha a présenté tentitativement comme calendrier, il se peut qu'il y a ait quelques ajustements, c'est du prévisionnel, donc sujet à des modifications.

  • Livraison des premiers exemplaires prévue en mai, aucune date précise et pas de quantité annoncée.

  • L'OS 1.10 devrait être mis en ligne au moment des premiers arrivages, il comporte de nouvelles performances qui ne sont pas encore présentes dans les Montage en démonstration au SuperBooth et Music Messe, les performances de Peter Krischker entre autre.

  • Le Bosendorfer sera mis gratuitement à disposition des acheteurs à priori jusqu'en fin 2016, sous qu'elle forme on ne sait pas, clef usb donnée lors de l'achat, code de téléchargement unique, ce n'est pas défini à l'heure actuelle.
A priori ça ne sera pas disponible en mai/juin le temps de définir comment et de tout mettre en place.
Après cette période de "grâce" (fin 2016) pour les premiers acheteurs, il faudra l'acheter en ligne sur Motifator.

  • Au mois d'août, l'OS 1.2 devrait arriver, il comportera de nouvelles petites fonctions et ajustements, aucuns détails sur le contenu.

  • Le convertisseur sysex FM devrait être sous la forme d'une WebApp, pas de date précise.

  • Dans le même délai, des contenus additionnels pour la majorité gratuits devraient arriver à priori de façon mensuelle dans un premier temps, une banque best of DX7 au format Montage, une banque de 128 performances haute qualité, une banque de 128 performances DX optimisés Motion Control et d'autres contenu plus tard, certains seront payants.

  • En dehors des sorties Yamaha gratuites, Easy Sounds devrait proposer à l'achat d'ici la fin juin 5 à 6 de ses banques sons entièrement retravaillées pour le Montage.
Il s'agit là d'un travail considérable car il a fallut recréer une à une chaque performance Easy Sounds et les retravailler pour les optimiser aux possibilités du Montage et il y a largement de quoi faire avec le Motion Control.

  • L'application d'édition du Montage pour ordinateur devrait se nommer Montage Connect, elle sera gratuite, disponible à priori pour la mi-août, fonctions "Recall" et "Performance Record Transmission", Stand Alone, Windows et Mac, VST3 et AU.

  • Pas d'information sur de possibles applications ipad comme il y en a eut pour le Motif XF, pas d'information sur un possible ou pas remote tools car il n'y a pas de mode remote sur le Montage.
SuperBooth et Lounge Yamaha :
L'après-midi nous sommes allés au SuperBooth, dans un cadre athypique, l'ancienne maison de la radio de la RDA, de nombreux modulaires dont certains fabrication maison, les marques connues ... je vous invite à visiter Audiokeys pour un sujet dédié avec de nombreuses photos.

- Le Lounge Yamaha disposait de six Montage en accès libre afin de tester.
 
Emmanuel Angeli de Sun-Music :


 
J'ai pu dans l'après-midi y passer une bonne heure au total.




 
Après une interview pour une chaine TV/Youtube Allemande, Dom Sigalas nous a fait une présentation et a répondu aux questions des revendeurs Français présents à ce moment là, juste avant d'aller faire sa démonstration dans le grand Hall :


 
Il y avait également de nombreux Reface présent pour les tester, ce qui m'a aussi donné l'occasion de remettre les doigts sur le CP qui me fait toujours autant d'effet quand je joue avec :


Pour finir :
Le Montage sonne, ne pensez pas que c'est juste un XF+ AWM2 avec un DX dopé cummulé dans une boite avec un bouton qui flash et sert à faire vroum vroum, sinon vous passez completement à côté de la plaque.
Ca va nettement plus loin que cela, le Motion control apporte une nouvelle dimension avec les Motion Seq et les interactions possibles sont complètes et nombreuses, associé à l'envelope follower et au beat detection, sans conteste un point fort intégré au Montage qui change la façon de travailler et ouvre de nouveaux horizons,  ces éléments placent ce synthétiseur sur un plan à part pour lui donner une identité propre.
Le Montage c'est l'association de tout ceci et de ce qu'on peut faire avec, commencer à comparer, t'elle partie avec t'elle autre d'un autre synthétiseur, n'est bien sûr par idiot en soit, mais c'est passer en dehors de ce qui fait la force du Montage, l'intégration/interaction de tous ses éléments.

Merci à l'équipe Yamaha pour son accueil (Nicolas, Stéphane, Xavier et JPN) et aux revendeurs Français présents comme Philippe de Scotto Musique, Guillaume et tous les autres, à Peter Krischker et Hans-Peter Henkel pour les explications détaillées et Dom Sigalas pour sa présentation au Lounge Yamaha.

Ce SuperBooth est un très bel événement nous avons pu voir aussi de nombreux synthétiseurs connus ou atypiques et si vous êtes fan de ce genre d'événement, c'est à ne pas rater.
Retourner au contenu